• Joane

Découvrons ensemble : la boutique Origin'elle



Choisir de « tout plaquer et vivre de sa passion », voici le choix que cette guadeloupéenne Cindy Minatchy a choisi de vivre. Anciennement connue sous le nom de Johanna dans la série « La baie des flamboyants », j’ai eu le plaisir de passer d’agréables moments avec les deux femmes derrière la boutique Origin’elle. En réalité Origin’elle c’est l’histoire de deux sœurs Cindy et Johanna Minatchy. Et en quelques mots, on découvrira ensemble leur parcours.



La boutique située au Village de Jarry, c’est plus de 5000 abonnés sur la page Facebook et plus de 4000 abonnés sur Instragram et tout autant d’articles les plus colorés les uns que les autres. Cindy nous racontera cette aventure.


Alors raconte nous, Origin’elle est née comment ?

Je suis arrivée au Sénégal en 2010 et je travaillais dans une grosse boite en marketing. Nouveau pays, nouvelles coutumes c’était un travail qui à l’époque m’a permis d’apprendre et de ressentir l’essence de mon pays d’adoption. Mais après quelques années dans le marketing, j’ai ressenti cette envie de suivre une de mes passions, la mode. Alors en 2013, je me lance. On était en plein essor du « nappy », de la mode ethnique, on dira que l’Afrique était à la mode. Et je me suis dit pourquoi pas moi ? Pourquoi ne pas amener ma vision de la mode caribéenne aux tissus que je trouvais ici (Dakar). Ça a commencé avec des accessoires et des robes simples de ma garde-robe dont je m’inspirais. J’envoyais environ 30kg de marchandises par avion à ma mère et elle vendait le tout sur la place de Basse-Terre. Et voilà Origin’elle était né.




Alors, tu as précisé que tu travaillais dans le marketing mais comment tu as fait pour jongler avec ton travail et Origin’elle ?

C’était assez compliqué de jongler entre mon travail avec des horaires de bureau et ma passion ; choisir les tissus, trouver les bons tailleurs, choisir les modèles… Donc en 2014 après pas mal d’hésitation, je démissionne et je décide de me consacrer entièrement à Origin’elle. Et pour couronner le tout, la même année ma sœur Johanna a décidé de se joindre à l’aventure à temps partiel et prendre la relève de ma mère. Je peux alors dire que c’est là que notre dynamique a réellement commencé.


Après le marché de Basse-Terre, quelles ont été les étapes pour qu’on vous retrouve à Jarry ?


Il faut savoir qu’en 2015 on a reçu de l’intérêt de certaines boutiques et stands par rapport à nos produits et nous ont demandé de produire des pièces pour eux, donc dans un premier temps Origin’elle est devenu grossiste. Ça nous arrangeait puisque Johanna avec son emploi à temps plein ne pouvait pas être présente tous les jours aux stands de Basse-Terre, et ces revendeurs nous permettait d’être présent également sur la Grande-Terre. De fil en aiguille, Johanna faisait des remplacements pour certains de nos revendeurs lorsque ils manquaient de vendeuses. Et ce fut le déclic. Pourquoi ne pas vendre nous même nos produits et avoir nos propres stands ? Puis tout s’est enchaîné. En 2016 on décide de mettre toutes nos économies dans ce projet et on prend un stand à Destreland. - Notre père à l’époque était choqué du loyer mais au fond on sentait qu’il était fier de notre parcours. - Cette expérience fut un réel succès, on était vite à court de produits donc le soir on rentrait à 23h à la maison et on passait des nuits blanches à faire d’autres accessoires pour le lendemain. Cette même année, on a eu une prise de conscience réelle du potentiel de la marque et on a commencé à élaborer nos premiers plans de développement. Nous avons alors mis en place notre atelier à Dakar avec nos propres tailleurs ça nous a permis d’améliorer la qualité de nos produits et maîtriser la production de A à Z.


Je t’épargne tous les détails fastidieux mais disons que 2018 on a décidé d’ouvrir notre boutique pour être disponible pour nos clientes toute l’année et pas juste pour les fêtes dans des stands de centre commerciaux. Et en Avril de cette année, Origin’elle ouvre enfin ses portes au Village de Jarry.

A vous entendre tout semble vous sourire, avez-vous quand même eu quelques difficultés pour en arriver là ?

Alors bien sûr ! Comme tout le monde je suppose, on a eu nos hauts et nos bas. Exemple pour la Martinique, on a tenté d’avoir des stands depuis 2016. Se faire dire non ou tout simplement ne pas avoir de retour ce n’est pas toujours agréable à vivre, mais l’essentiel est de persévérer. Le travail finit toujours par payer, puisque depuis Mai nous avons enfin des stands provisoires en Martinique. Comme quoi 3 ans de non ça ne veut pas dire que c’est un non définitif. Disons juste que la porte s’est ouverte quand elle devait s’ouvrir. Alors oui il y a eu et il y a encore des difficultés mais elles nous permettent de travailler deux fois plus fort et d’obtenir gain de cause.

Puisque l’on parle de difficultés, quel est le plus gros challenge pour Origin’elle ?

Le recrutement sans aucun doute ! C’est vraiment beaucoup plus compliqué qu’on ne le pensait de trouver des collaborateurs dans cette aventure. On ne trouve pas assez de profil compétent et motivé. Si d’ailleurs en Martinique ou en Guadeloupe quelqu’un lit cet article et est prêt à rejoindre l’équipe ça serait une grande joie. Si possible une personne motivée, responsable ayant le sens du commerce avec le permis de préférence.



A l’aube de cette nouvelle année, avez-vous des projets sur le feu ou des souhaits particuliers?

Alors des projets oui on en a toujours des tonnes en tête mais surtout des souhaits. Notre plus grand souhait serait d’ouvrir une boutique en Martinique pour être tout le temps disponible pour notre clientèle martiniquaise. Et puis qui sait dans les années à venir toucher encore plus loin que l’arc antillais francophone en ayant notre site internet. On pense également à travailler sur des collections plus fournies pour les hommes et enfants. Nous en avons déjà pas mal de modèles pour homme mais on aimerait en avoir encore plus, que ces messieurs ne se sentent pas totalement lésés.



Quelle est votre plus grande force ?

Nous sommes deux. C’est vraiment notre force, peu importe l’adversité savoir que l’on peut compter l’une sur l’autre est un plus. Malgré les problèmes Origin’elle c’est nous deux, cette connexion Guadeloupe-Dakar (et le travail quotidien aussi, pas de résultat sans travail).


Beaucoup t’ont connu comme Johanna la méchante de la Baie des flamboyants, et la comédie au Sénégal, tu y as pensé ?

Le milieu du cinéma en Afrique est en développement, il est difficile d'en vivre.

L'Afrique m'a donné envie d'être actrice de ma vie c'est à dire de ne plus être une figurante mais celle qui décide !

Si jamais cela se présente ce sera dans un but marketing pour promouvoir mes projets, notamment Origin'Elle et j'espère d'autres projets à venir...

Il faut noter que cet interview avec Cindy a eu lieu en Décembre 2019, et qu'aujourd'hui Origin'elle avance une fois de plus avec l'ouverture prochaine d'une boutique en Martinique ! Donc n'hésitez pas à suivre sur Instagram et Facebook la boutique Origin'elle pour la suite de leurs aventures.

En espérant que la lecture te fut agréable; si tu ne connais pas cette boutique je t'invite vivement à visiter au plus vite pour être mis(e) en beauté sans que ça soit dispendieux.

Allez, bisous ensoleillés !

  • Grey Instagram Icon
  • Grey Pinterest Icon

© 2019 by Jojo Turlep

  • Facebook - Gris Cercle
  • Grey Instagram Icon